PARTAGER

Les journalistes sportifs ont le devoir de sortir leurs pratiques quotidiennes de la routine et s’engager dans l’investigation journalistique, telle est l’exhortation adressée à des journalistes sportifs ce vendredi 31 août 2018 à Lomé. C’était au cours de la première édition du projet « Friday Media School » initié par l’Association des journalistes sportifs du Togo (AJST).

Sur le thème « Presse sportive et investigation », cette première édition du « Friday Media School » a consisté en une conférence-débat au cours de laquelle les journalistes sportifs ont eu un premier contact avec le journalisme d’investigation et en ont découvert les principes, les exigences et les défis.

Animée par Franck Ayao Assah, correspondant de Panapress au Togo et représentant pour le Togo du programme africain pour le reportage d’investigations (PAIR), la conférence a permis aux participants de se rendre compte des ,défis que représente pour eux le journalisme d’investigation à court et à moyen termes.

« Il s’agit pour vous de relever le défi d’en finir avec la routine du reportage d’actualités et des débats ordinaires et de faire le choix de faire de l’investigation » a indiqué M. Assah. Selon lui, la presse au Togo, spécifiquement la presse sportive, est un lieu où abondent les genres routiniers qui ne sauraient élever le nibeau et le crédit de la presse.

« Dans ce monde où le digital devient une menace de premier ordre pour la presse traditionnelle, l’investigation apparaît comme le chemin d’or par lequel les journalistes sportifs peuvent sortir leur métier des lieux communs », a expliqué M. Assah.

Dans son intervention, M. Assah a insisté sur ce qu’est le journalisme d’investigation à ne pas confondre avec l’espionnage. « Faire de l’investigation, c’est travailler à la révélation des choses cachées, des secrets que certaines personnes n’ont pas intérêt à voir dans la rue. C’est faire des recherches approfondies sur des sujets d’intérêt public » a-t-il expliqué.

Le journalisme d’investigation suppose aussi des contraintes et des exigences tout comme il est sujet à des obstacles qui en empêchent l’exercice facile. Le conférencier a évoqué entre autres obstacles les moyens financiers, les risques sur l’intégrité phisique du journaliste, les menaces de retrait de fréquence ou de récépissé. « Le journaliste d’investigation doit être courageux et faire le choix d’assumer les risques inhérents à ce genre journalistique » a souligné M. Assah.

Au terme de ma présentation, les participants ont fait une simulation de conduite d’un travail d’investigation. À partir du sujet portant sur le match Gbikinti-Maranatha de mai 2017 soldé par le score de 11-0, ils ont déblayé le terrain à l’investigation en convenant ensemble de ce qui peut faire la pertinence d’un tel sujet, l’angle à retenir, les sources disponibles.

Le projet « Friday Media School » est un cadre d’échanges, de formation et d’informations destiné aux journalistes sportifs du Togo. Il se tient mensuellement au moins et les vendredis. Il peut porter sur des sujets directement liés au journalisme ou sur des sujets connexes pouvant intéresser les journalistes. Il s’inscrit dans le cadre de la célébration des 45 ans d’existence de l’AJST.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here